SSR : mobilisations de nos équipes dans le monde

 

Pour la deuxième année consécutive, les journées des 26 (journée mondiale de la Contraception) et 28 septembre (journée mondiale pour le Droit à l’avortement) ont été l’occasion pour MdM de se mobiliser autour des enjeux de droits et santé sexuels et reproductifs (DSSR) et de communiquer plus spécifiquement sur les actions développées en Afrique et en Amérique Latine et Caraïbes pour améliorer la prévention et la prise en charge des grossesses non désirées.

La conférence annuelle d’EuroNGOs, (réseau européen de promotion des droits sexuels et reproductifs, dont MdM est membre depuis 2015) qui s’est tenue les 4 et 5 octobre à Paris, a été l’opportunité pour MdM de mettre en avant les enjeux de DSSR en situation de conflit, à travers l’organisation d’un side-event sur les besoins spécifiques des femmes et des jeunes filles migrant vers l’Europe.

 

 

Mobilisation des 26 et 28 septembre

 

 

Des infographies spécifiques sur la situation des grossesses non désirées ont été créées à partir des données disponibles pour 5 des 6  programmes cofinancés dans le cadre de la convention programme AFD / grossesses non désirées (Burkina Faso, Côte d’Ivoire, RDC, Pérou et Haïti).

 

Au Burkina Faso, MdM intervient dans le district sanitaire de Djibo. Le plaidoyer porte sur l’intégration de l’éducation sexuelle en milieu scolaire, la gratuité des méthodes contraceptives pour les jeunes et l’accès à l’avortement médicalisé.

 

Journée mondiale de la contraception : des droits à défendre sans cesse, plaide MDM –  Le quotidien du médecin, 26 septembre
Entretien avec Catherine Giboin

 

Le droit à l’avortement reste un enjeu majeur de santé en Afrique – Jeune Afrique, 22 septembre
Par Françoise Sivignon et Anne Sinic

 

IVG : le combat de Médecins du Monde dans les pays prohibitifs – Allo Docteur, 28 septembre
Entretien avec Anne Sinic

 

En RDC, les filles avortent toutes seules. Médecin, je veux faire changer les mentalités – L’OBS le plus, 28 septembre. Entretien avec Patrick Lunzayilladio Lusala, coordinateur médical de MdM en RDC

 

Journée mondiale de la contraception: Médecins du monde sensibilise les élèves de Soubré – Abidjan.net, 17 octobre

 

Le 20 heures de RTI 1 du 26 septembre 2016 (à partir de 11,11 mn)

 

Priorité santé, Journée mondiale de l’avortement Haïti : – RFI, 28 septembre. Avec Dr Lise-Marie Déjean, ex-ministre à la condition féminine en Haïti et membre de l’ONG Solidarité des Femmes Haïtiennes (SOFA), partenaire de MDM en Haïti

 

Les femmes haïtiennes : le droit à la santé – Reportage de Michèle Diaz, RFI, 3 octobre. Avec les interviews de : Dr Jean-Kit Dely – Médecins du Monde, Dr Lise-Marie Déjean (SOFA), Dr Joseph-Alexis Wilhem, gynécologue, Dr Vladimir Larsen, Président de la SHOG (Société haïtienne d’Obstétrique et de gynécologie)

 

Plusieurs secteurs plaident en faveur de la dépénalisation de l’avortement en Haïti – Alterpresse, 29 septembre

 
Et aussi :

Haïti : Sans choix ni droits – site de Médecins du Monde

 

 

Infographies du Burkina Faso

En euros                                       En FCFA

 

Les journées des 26 et 28 septembre 2016 au Burkina Faso ont été l’occasion :

  • de réfléchir aux acquis, enjeux et perspectives sur le droit aux méthodes contraceptives ;
  • de questionner les avancées ou obstacles à l’évolution du cadre légal Burkinabè sur l’avortement.

 

MdM F a appuyé les Jeunes Ambassadeurs du partenariat de Ouagadougou, pour la mise en place d’une campagne de sensibilisation du grand public et visant à interpeler les autorités sur le manque de respect des droits sexuels et reproductifs.

Dispositif / objectif de la campagne:

  • Obtenir et témoigner de l’engagement de leaders politiques et acteurs de la Société Civile à promouvoir et protéger les DSSR, à travers la publication sur Facebook d’une photo arborant le message « contraception pour tous : je m’engage ».
  • Rappeler au Ministre de la santé et aux parlementaires les engagements pris par les autorités du pays en matière d’allocation budgétaire dédiée à l’achat des contraceptifs et sur la nécessité de reformer le code pénal sur la question de l’avortement.

 

L’impact a été très positif :

Plus de 60 acteurs (leaders politiques et Société civile)  se sont effectivement engagés à promouvoir l’accès à la contraception pour tous en se faisant photographier avec le message « contraception pour tous : je m’engage ».  

Quatre  témoignages de jeunes (utilisateurs ou non de méthodes contraceptives) ont été  publiés sur les pages Facebook des Jeunes Ambassadeurs et de MdM-France. Sept articles sur les contraceptifs ont été  publiés sur les pages Facebook des Jeunes Ambassadeurs et de MdM-France.

Un groupe de 10 Jeunes Ambassadeurs, accompagné de MdM-F a rencontré et transmis au Ministre de la Santé une lettre de doléance.

Un groupe de Jeunes Ambassadeurs et Cécile Thiombiano, la chargée de plaidoyer nationale, ont échangé avec des points focaux parlementaires pour sensibiliser sur les nécessités d’interpeller la commission santé de l’Assemblée Nationale.

 

 

 

 

Voir : La page Face Book de MDM au Burkina Faso ;  La page face book des Jeunes Ambassadeurs 

 

 

 

 

 

 

 Les Jeunes Ambassadeurs en

audience avec le Ministre de la Santé

 

 

 

 

Cécile Thiombiano,

coordinatrice plaidoyer MdM,

et 2 jeunes ambassadeur/drice

Cécile T et Mariama Siri, 
responsable de l’association «zéro GND en

milieu scolaire »

 

Synthèse photos de la campagne

 

 

 

 

 

 

 

En RDC, MdM intervient à Kinshasa. Le plaidoyer porte sur  l’accès à la contraception pour les jeunes, ainsi que sur la question des avortements à risque et l’accès aux soins post-avortement.

 

Infographies sur la RDC

En euros                                       En CDF

 

Le 26 et 28 septembre ont été l’occasion de célébrer les journées mondiales de la contraception et de la dépénalisation de l’avortement  avec les élèves et les enseignants:

15 écoles de Kingabwa et 10 de Selembao ont activement pris part à ces rencontres avec 1102 élèves et jeunes sensibilisés sur le droit à la contraception et sur la prévention, les conséquences et les risques des grossesses non désirées. Une initiation aux dispositions figurant dans le Protocole de Maputo, a également été réalisée.

 

L’impact a été très positif :

  • Une forte participation et implication des enseignants, mais aussi des élèves, surtout dans l’échange (jeu de questions-réponses).
  • Les directeurs et préfets d’écoles ont manifesté leur souhait de voir ce genre d’activités être organisées  plus souvent, en associant plus d’écoles.
  • Le message sur le droit à la contraception en particulier et sur le droit à la santé sexuelle et reproductive semble être compris par les enseignants et les élèves.

 

 

Les élèves de 10 écoles de Selembao, une commune de la ville de Kinshasa, suivent une séance d’informations  sur les droits sexuels et reproductifs dispensée par Arlette (MdM), chargée du volet communautaire du programme SSR à Kinshasa.

 

 

Une conférence a été organisée sur l’avortement,  avec Pathfinder International, CARE International et IRC,  en appui technique et financier aux organisations de la société civile (ABEF, Si Jeunesse Savait, CAFCO), toutes organisations membres de notre coalition plaidoyer Grossesses non désirées.

La conférence a été célébrée sous le haut patronage de Madame la Ministre Nationale de la Femme, Famille et Enfant, qui a ouvert la conférence avec un discours.

Elle a été organisée en collaboration avec le Programme National de la Santé des Adolescents (Programme spécialisé du Ministère de la Santé), la Cellule technique du Ministère de la Femme, Famille et Enfants  et les Facultés de Médecine et des sciences sociales de l’Université de Kinshasa et la SCOGO, la Société congolaise des gynécologues – obstétriciens.

 

 

 

 

 

Photo : Dr Patrick Lunzayiladio Lusala (MdM)  et à sa droite, Mme la Ministre de la Femme, Famille et Enfants

 

 

Dr Patrick L. a été invité à l’émission « notre Congo » le lundi 3 novembre, sur la RTNC1, première chaine de télévision nationale,  pour y  présenter les activités menées par MdM en RDC et au niveau international en matière de DSSR.

Dr Patrick L., et Bibiche Mbete, dans l’émission « notre Congo », sur MDM et la SSR

 

 

 

 

En Côte d’Ivoire, MdM mène des actions dans le District sanitaire de Soubré (Sud-Ouest), en vue de participer à la prévention et à la prise en charge des grossesses non désirées des jeunes et des  adolescent.e.s en milieu scolaire.

 

 

Infographies de la Côte d’Ivoire

En euros                                        En FCFA

 

 

Participation à la célébration nationale de la journée mondiale de la contraception à Abidjan

Placée sous le thème « Investir dans la contraception, c’est garantir l’avenir », la 1ère édition de la célébration nationale de la Journée Mondiale de la Contraception, en Côte d’Ivoire, a eu lieu le 26 septembre 2016, à Abidjan.

 

Cette édition a réuni plus de 600 participants,  mobilisé des organisations de la société civile nationale, des ONG internationales et des Agences des Nations Unies intervenant dans le domaine de la santé sexuelle et reproductive et  militant en faveur du repositionnement de la planification familiale en Côte d’Ivoire.

 

Célébration de la journée mondiale de la contraception 26 septembre 2016

L’ensemble des partenaires associés à cette célébration (Médecins du Monde, USAID, UNFPA, ENGEDERHEALTH, AIMAS, AIBEF, PSI, AgirPF et BAYER) ont interpelé les autorités ivoiriennes sur la nécessité d’allouer plus de ressources financières à la Planification Familiale et sur la disponibilité des services sur l’ensemble du territoire.

 

La Côte d’Ivoire fait partie des pays ouest-africains qui enregistrent les plus forts taux de mortalité maternelle. Selon les statistiques nationales (EDS-2012), les complications liées à l’avortement représentent 15 % des décès maternels (614 décès pour 100 000 naissances vivantes) et ce dans un contexte de faible taux de prévalence contraceptive.

 

Cette journée a été l’occasion de communiquer sur les différents moyens de contraception, à travers des stands d’informations sur les produits contraceptifs, des démonstrations et prestations cliniques gratuites. Elle a été également marquée par la participation du réseau des Professionnels des Médias Engagés pour la Santé de la Mère et de l’Enfant en Côte d’Ivoire (PMESMECI), qui en assurait la couverture médiatique.

 

Présentation des interventions de Médecins du Monde  
en matière de SR/PF en Côte d’Ivoire

Démonstrations avec des jeunes
sur le stand Médecins du Monde

Interview par la presse du responsable plaidoyer MdM

 Visite d’une délégation (Burkina Faso, Bénin, Sénégal, Guinée, Togo, Niger) AIBEF – IPPF sur le stand Médecins du Monde

 

 

Le 20 heures de RTI 1 du 26 septembre 2016 (à partir de 11’11 mn)

 

 

 

Célébration nationale de la journée mondiale de la contraception en milieu scolaire à Soubré

La célébration de la Journée Mondiale de la Contraception à l’intérieur du pays en milieu scolaire et secondaire, plus précisément dans le district sanitaire de Soubré, a bénéficié de l’appui technique et financier de Médecins du Monde France en Côte d’Ivoire.

 

Séance de sensibilisation des élèves sur les méthodes contraceptives, JMC à Soubré

Au cours de cette journée, les élèves du lycée moderne Zadi Zahourou, ont été sensibilisés sur le rôle majeur de la contraception dans la lutte contre les grossesses non désirées, dans un contexte marqué par un taux d’avortement à risque de 41,5% faute de méthodes contraceptives modernes.

Les activités de sensibilisation (séances de projection portant sur les grossesses non désirées et le VIH/SIDA, conférence sur la contraception, visite de stand) ont permis de toucher 614 personnes.

Les activités cliniques (consultations, dépistage et dispensation de contraceptifs) ont permis de distribuer plus de 864 préservatifs et de dépister (VIH) volontairement 31 personnes.

A noter, l’implication et la présence des autorités administratives, ainsi que les leaders communautaires et d’opinion.

 

La Journée mondiale de la contraception: Médecins du monde sensibilise les élèves de Soubré – Abidjan.net –  17 octobre

 

 

 

 

Les activités déployées sur les terrains en Amérique Latine 

 

A Haïti, MdM intervient dans la métropole de Port-au-Prince, en partenariat avec 2 ONG locales,  SOFA (Solidarité Femme Haïtiennes) et POZ (Promoteurs Objectif Zéro sida). Le plaidoyer porte sur la promotion de l’exercice des DSSR et la dépénalisation de l’avortement.

 

Infographies d’Haïti

En euros                                   En gourdes

 

Une journaliste de RFI s’est rendue sur place début septembre pour la réalisation de reportages  et interviews autour du 28 septembre.

 

Priorité santé, Journée mondiale de l’avortement – RFI, 28 septembre

Avec Dr Lise-Marie Déjean, ex-ministre à la condition féminine en Haïti et membre de l’ONG Solidarité des Femmes Haïtiennes (SOFA), partenaire de MDM en Haïti

 

Les femmes haïtiennes : le droit à la santé – Reportage de Michèle Diaz, RFI, 3 octobre

Avec interviews de : Dr Jean-Kit Dely – Médecins du Monde, Dr Lise-Marie Déjean (SOFA), Dr Joseph-Alexis Wilhem, gynécologue, Dr Vladimir Larsen, Président de la SHOG (Société haïtienne d’Obstétrique et de gynécologie)

 

Plusieurs secteurs plaident en faveur de la dépénalisation de l’avortement en Haïti – Alterpresse, 29 septembre

 

Haïti : Sans choix ni droits – site de Médecins du Monde

 

 

 

Au Pérou, MDM intervient dans le district de Villa el Salvador à Lima et développe 2 axes de plaidoyer :

 

Infographies du Pérou

En euros                                    En soles

 

  • La promotion de la dépénalisation de l’avortement en cas de viol (participation à la campagne Dejala Decidir).
  • Favoriser la mise en œuvre effective du protocole nationale pour la prise en charge de l’avortement thérapeutique.

  

 

A l’occasion de a journée mondiale pour le Droit à  l’avortement,  des campagnes d’information sur l’avortement thérapeutique et le guide technique national pour son application ont été organisées au sein de 4 CMI soutenus par MDM, les 20, 21, 27 et 28 septembre.

 

Les kiosques d’information étaient placés dans des lieux d’affluence, et les promoteurs de santé, à l’aide de dépliants, font connaitre aux passants les thèmes de la campagne.

Objectif : informer le grand public sur ces questions, et évaluer leur niveau de connaissance quant aux lieux où se rendre en cas de grossesse non désirée et besoin en méthodes contraceptives. 41 promoteurs de santé ont participé à ces séances d’informations, et 1200 personnes ont été informées.  

 

 

 

Des ateliers de formation ont été organisés pour les professionnels de santé les 23 et 30 septembre, sur 2 thèmes :

  • Avortement thérapeutique et droits humains
  • Application du guide technique national pour l’avortement thérapeutique

 

Les 2 ateliers se sont déroulés  dans le centre de santé Villa Alejandro. 69 professionnels de santé y ont participé, provenant  des 8 réseaux soutenus par MDM,  ainsi que du nouvel hôpital d’urgence de Villa El Salvador et du réseau de santé  Villa El Salvador – Lurin – Pachacamac – Pucusana.

 

 

Objectifs des ateliers : acquérir compétences et capacités pour fournir des soins de qualité dans les établissements de santé du réseau de Villa El Salvador – Lurin – Pachacamac – Pucusana.

 

 

 

 

 

 

 

MdM a participé à la présentation au Congrès de la République du nouveau projet de loi de dépénalisation de l’avortement en cas de viol.

Le 28 septembre, l’équipe de MdM a été invité à participer à l’audience publique « Droit à décider : présentation de l’avant-projet de loi pour la dépénalisation de l’avortement en cas de viol » qui s’est tenue au Congrès de la république.

 

MdM est aussi intervenu au forum de Tacna sur l’avortement thérapeutique, le 29 septembre.

Le 29 septembre, MdM participe au forum “dépénalisation de l’avortement – contre la criminalisation des femmes », organisée à Tacna par le collectif féministe « Takana Warmi ». Une centaine de personnes y ont assisté.

Une exposition a été réalisée à cette occasion sur la réalité de l’avortement au Pérou, allant des difficultés de mise en place de l’avortement thérapeutique à la nouvelle proposition législative pour la dépénalisation de l’avortement en cas de viol.

Suite au forum, la chargée de plaidoyer a donné une interview sur ATV SUR, où elle a pu apporter des précisions  sur les questions abordées la veille  et s’exprimer sur d’autres enjeux prioritaires en matière de santé sexuelle et reproductives, comme la distribution gratuite de la contraception d’urgence dans les établissements publics, l’éducation sexuelle.

Rosa-Maria Estrada, coordinatrice Générale de MdM au Pérou

 

 

Deux spots radios sur l’avortement thérapeutique ont été diffusés sur une radio locale, « Stereovilla », enregistrés avec les voix des promoteurs de santé.

 

 

 

 

 

 

EuroNGOs octobre 2016

 

Cette année, la conférence annuelle du réseau  EuroNGOs (réseau européen de promotion des droits sexuels et reproductifs, dont MdM est membre depuis 2015), a eu lieu à Paris les 4 et 5 octobre, organisée par le Planning Familiale avec l’appui de MdM et EquiPoP. Un an après l’adoption de l’agenda 2030 et ses 17 objectifs de développement durable, il s’agissait d’échanger sur les défis liés à sa mise en œuvre, en ce qui concerne plus particulièrement les femmes et les filles. Les participant.e.s ont réfléchi collectivement aux stratégies et moyens concrets pour atteindre ces objectifs à l’échelle internationale, nationale et locale.  Des tables rondes réunissant  des intervenant.e.s de haut niveau, des expert.e.s du développement et des défenseur.e.s des DSSR, mais également des ateliers interactifs se sont succédé pendant ces 2 journées.  Voir la vidéo

 

Le leadership de l’Europe en matière de défense des droits sexuels et reproductifs a été questionné. L’Europe peut-elle toujours se considérer comme progressiste, alors qu’en Pologne le Parlement vient tout juste d’abandonner un projet de loi  visant à bannir totalement le droit à l’avortement ? EuroNGOs a publié une déclaration conjointe afin de manifester toute sa solidarité avec les femmes polonaises et toutes celles et ceux qui se battent pour faire respecter leurs droits.

 

La question des antichoix et de leur forte capacité d’influence au niveau des instances décisionnelles a également occupé une partie des débats.

 

Une quinzaine d’acteurs.trices  de MdM ont participé à cette conférence : responsables de pôles, responsables de desks, membres du CA, référents médicaux, acteurs de terrain ;

Catherine Giboin, référente thématique du groupe SSR,  a animé une des tables rondes, «Comment faire avancer le plaidoyer sur les questions d’accès à l’avortement et droits des LGBTI ? »

 

 

MDM a co-organisé un side-Event portant sur les enjeux d’accès aux droits et soins de SSR  pour les femmes et les filles migrant vers l’Europe. Deux actrices de terrain, Glory Orsahiemen et Celia Varela, on fait part de leurs expériences respectives en Italie et en Grèce.

 

 

 

Ce side-event a également été l’occasion de réaffirmer l’engagement de MdM au réseau IAWG (Inter-Agency working group on reproductive health in crisis) dont la coordinatrice Sandra Krause a participé au panel.

 

 L’intégralité du side-Event: première partie / deuxième partie

 

 

 

Clémence Doumenc Aidara – Coordinatrice Générale en Côte d’Ivoire, Rosa-Marie Estrada – Coordinatrice Générale au Pérou,  Alejandra Garcia Paton, et Patrick Lunzayiladio Lusala, respectivement coordinatrice programme et coordinateur médical en RDC / Kinshasa, Marielle Moizan – chargée d’appui plaidoyer au siège, Cécile Yougbare Thiombano – chargée de plaidoyer au Burkina Faso.

 


Réagir à cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>