Bonne année aux milliers d’associatifs, bénévoles et salariés qui s’engagent au quotidien

 

 

En ces premiers jours de 2017, je tiens tout d’abord à vous souhaiter, pour vous-même et vos proches, une belle et heureuse année.

 

Que retenir de 2016, une année durant laquelle d’inquiétantes turbulences se sont installées ? Une année de plus d’explosion des inégalités de tous ordres – panne des dispositifs de redistribution des richesses, pauvreté endémique, ressources naturelles qui se raréfient, gouvernance mondiale brouillée. Une année de populisme décomplexé.

 

En 2016, Médecins du Monde s’est retrouvé confronté à ces fortes turbulences

 

C’est la violence qui qualifie le mieux l’année écoulée. Violence des politiques migratoires, politiques meurtrières et couteuses que nous avons fortement dénoncées. Violence plus particulière à l’égard des mineurs non accompagnés, des jeunes vulnérables pour lesquels plusieurs régions se sont mobilisées. Pour tous ceux qui ne voient que des obstacles se dresser devant eux, nous disons que dans un monde globalisé et de communication, la frontière ne peut plus être une barrière, encore moins un lieu de désespoir, mais un espace de rencontres et d’échanges. Ainsi nous avons interpellé les pouvoirs publics et les institutions sur la restauration des droits fondamentaux des exilés.

 

Si nos activités de soin et d’accompagnement social demeurent destinées aux plus précaires, nous avons mobilisé en 2016 des milliers d’assurés sociaux dans le combat emblématique sur le prix des médicaments. Sur fond de campagne grand public, nous avons su utiliser pleinement les deux armes qui sont à notre disposition pour promouvoir nos revendications: le recours juridique et la mobilisation de l’opinion publique face au prix indécent de certains médicaments. L’affaiblissement du brevet sur le Sofosbuvir devant l’Office Européen des Brevets est une première victoire. Le renouvellement de la demande d’utilisation de la licence d’office suivra en 2017.

 

À l’international, ce sont aussi des violences à l’encontre des populations civiles et des soignants qui nous ont fortement mobilisés. En Syrie, au Yémen, au Nigéria, les violations répétées du droit humanitaire international ont douloureusement émaillé l’année et nous les avons dénoncées avec vigueur.

 

En 2017, nos programmes nous conduiront toujours à prendre soin de ceux que la protection sociale oublie, ceux dont les pratiques et le mode de vie dérangent, ceux pour lesquels la guerre constitue un quotidien dramatique.

 

Il y aura cependant des moments particuliers, des rendez-vous à ne pas manquer. Celui des élections présidentielles notamment, qui sera l’occasion de réaffirmer notre engagement, notre démarche citoyenne et solidaire et de porter nos convictions politiques, forts de nos actions en France depuis plus de 30 ans. Nous allons nous inscrire dans le débat public, celui qui permet un partage de l’expertise médico-sociale et politique, avec pour objectif d’améliorer à terme les décisions publiques.

 

Médecins du Monde, en 2017, ce sera toujours des milliers d’associatifs, de bénévoles et de salariés qui s’engagent au quotidien pour que personne ne reste au bord du chemin.

 

C’est aussi une vie qui nous est propre, la vie intense d’une association qui change. Le cap politique pour l’année à venir est assumé et la volonté de changement actée par le vote du projet associatif. Pensé avec l’aide de nombreux acteurs, le plan d’action qui en découle se déclinera sur trois ans.

 

Médecins du Monde est un « organisme vivant », entrainé par une dynamique de vie associative.

 

À la suite de l’Assemblée Générale et des Universités d’Automne, un pôle Développement de la vie associative vient d’être créé. Ce pôle va être accompagné par un Comité paritaire. Les travaux porteront sur des propositions concernant les différents types d’engagement, les liens avec les groupes, l’adhésion des salariés de droit national, le vote électronique ou des instances comme le Comité de Direction. En 2017, la direction Santé et Plaidoyer verra le jour pour appuyer les combats politiques de MdM autour des thématiques prioritaires tout en renforçant la qualité des pratiques. L’évolution de l’adoption est en cours et le pôle logistique s’est réorganisé.

 

Sur les dossiers politiques prioritaires, nous avons souhaité un accompagnement au changement

 

Au préalable, le chantier de l’indispensable changement numérique pour fluidifier la gestion interne et décloisonner la circulation de l’information va bénéficier de compétences extérieures et sera accompagné pendant 5 ans.

 

De même, sur le dossier essentiel de la régionalisation sur le territoire français et de la déconcentration à l’international, nous bénéficierons d’un appui externe, en interaction avec les régions et les terrains internationaux. En 2017, la déconcentration se portera à Amman pour répondre au mieux à la crise régionale.

 

En 2017, nous construirons des partenariats et des alliances citoyennes. Avec nos partenaires, en fonction de leur projet politique, nous réfléchirons à une stratégie d’influence commune. Nous élargirons nos alliances avec les ONG du Sud afin qu’elles soient partie prenante de l’écosystème humanitaire. Nous continuerons à investir les plateformes – à New York, Genève ou Nairobi – où se jouent aussi les grands enjeux humanitaires.

 

Enfin, au travers de la feuille de route des 15 associations du réseau international, nous avons l’ambition de renforcer notre stratégie d’influence politique et notre visibilité. C’est un défi de taille mais un enjeu majeur pour le Médecins du Monde de demain.

 

Nous revendiquons un monde où les obstacles à la santé auront été surmontés, où le droit et la justice sociale seront effectifs

 

Sur fond d’injustices politiques, sociales, économiques et environnementales, des millions de personnes se retrouvent sur les routes de l’exil et sur les trottoirs de nos cités. Nous affirmons qu’il ne peut y avoir de solution dans l’isolement ou dans la défiance. Nous ne voulons plus d’une humanité bafouée, souffrante, cachée et considérée comme nuisible.

 

Pour Médecins du Monde et bien d’autres, c’est la condition essentielle pour construire un monde plus juste et plus équitable.

 

Merci à toutes et à tous, acteurs de Médecins du Monde, pour votre engagement dans ce combat que nous partageons.

 

 

Dr. Françoise Sivignon
Présidente de Médecins du Monde France

 

 

 

 


Réagir à cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>